Cas particulier des signalements de « cas groupés » de pathologies non infectieuses (cluster)

Les acteurs de l’évaluation et de la gestion des risques sont susceptibles de recevoir deux types de signaux : le signal environnemental par lequel un déclarant (association, médecin, mairie…) s’inquiète de l’impact sur la santé des populations exposées à une pollution environnementale avérée ou suspectée, et le signal sanitaire caractérisé par la survenue de cas de pathologies que le signalant estime en excès ou atypiques. Les investigations peuvent amener à réfléchir à des protocoles innovants ou des rapprochements avec d’autres sciences (comme les sciences sociales), pour répondre au mieux aux attentes de la population. A travers trois investigations réalisées en Ile de France par la Cire IDF, nous avons présenté les protocoles des investigations mises en place et examiné les limites rencontrées par les investigateurs :
- St Cyr l’école (Yvelines) (signal sanitaire) : Suspicion d’un nombre élevé de cancers sur le quartier d’Epi d’or dû à des antennes de téléphonies mobiles.
- Champlan (Essonne) (signal environnemental) : Village entouré d’infrastructures lourdes créant des nuisances.
- Comptoir des Minéraux et des Matières Premières (Seine St Denis) (signal sanitaire et environnemental) : Usine ayant généré, parmi les riverains, une exposition à l’amiante et des pathologies.

L’analyse croisée de ces trois cas a permis de pointer des problèmes méthodologiques liés aux investigations de santé environnement (difficulté de caractériser un lien de causalité entre une exposition environnementale suspectée et une pathologie avérée, manque de données épidémiologique de référence, de biomarqueurs adaptés…). Mais l’analyse a aussi permis de mettre en évidence certains éléments relationnels concourant à l’acceptation de l’investigation par les populations auxquelles elles s’adressent. En particulier il est apparu important :
- En amont : d’identifier les attentes de la population (qui, comment, pourquoi…), si besoin à l’aide d’outils sociologiques, et de partager l’enjeu et les limites de l’investigation.
- Pendant l’investigation : construire des échanges entre les différents acteurs (impliquer la population dans les protocoles, faire des réunions d’informations…).
- Et par la suite : construire un retour d’expérience qui permettra de créer des ressources disponibles pour d’autres investigateurs ou former des étudiants par exemple.

SPIP  Mise à jour : le 8 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos