« L’international » veille à l’accès à l’eau potable pour tous

189 pays membres de l’ONU, se sont engagés à « défendre les principes, au niveau mondial, de la dignité humaine, de l’égalité et de l’équité » en adoptant en septembre 2000 la déclaration des objectifs du millénaire pour le développement. Un constat mondial préoccupant a conduit, lors de ce rassemblement, à la fixation de huit objectifs :
- réduire l’extrême pauvreté
- assurer l’éducation primaire pour tous
- promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
- réduire la mortalité infantile
- améliorer la santé maternelle
- combattre le VIH/SIDA, le paludisme et autres maladies
- préserver l’environnement
- mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Tous ces objectifs touchent de près ou de loin les problématiques liées à l’eau. En effet, les inégalités dans le domaine de l’eau affectent un grand nombre d’individus vivant dans les pays en voie de développement en altérant leur développement humain dans le quotidien et tout au long de la vie. La manque d’eau aggrave la situation de pauvreté tant au niveau des ressources matérielles qu’au niveau des ressources intangibles. C’est pourquoi, l’une des cibles du millénaire est de réduire de moitié, d’ici à 2015, le pourcentage de population n’étant pas approvisionnée en eau potable et ne disposant pas d’assainissement de base. Face à une population croissante, les efforts doivent se porter sur le maintien du taux actuel de personnes ayant accès à l’eau et surtout sur une progression de ce taux là.

A l’initiative des organisations internationales et des spécialistes du secteur de l’eau, le conseil mondial de l’eau a été crée en 1996, afin de travailler collectivement à l’amélioration de la situation mondiale. Il a pour missions de conserver et de protéger les ressources en eau en proposant des stratégies communes de gestion et d’utilisation de l’eau. Le forum mondial de l’eau est le résultat de cet engagement. C’est un lieu d’échange entre les professionnels de l’eau, les politiques, les décideurs et les autres parties prenantes. Le but de ces forums est de susciter un engagement politique et de définir des solutions concrètes.

A l’occasion de la troisième conférence ministérielle [1], le protocole sur l’eau et sur la santé a été adopté. C’est un instrument international relatif à la gestion durable des ressources en eau et à la réduction des maladies d’origine hydrique et qui est légalement contraignant (DÉCLARATION DE LA TROISIÈME CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE).

La gouvernance des ressources en eau dans les pays en voie de développement est une préoccupation internationale. La mobilisation humaine et l’organisation sont indispensables dans ce domaine pour veiller à la défense et à l’amélioration de l’accès aux ressources en eau. Dans une perspective de développement durable, l’optique de toutes ces démarches visent une répartition équitable de l’eau et d’une manière plus générale à inscrire l’eau comme un bien public mondial.

Notes

[1] Une initiative qui concerne la région Europe de l’OMS

Plan du cours

SPIP  Mise à jour : le 8 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos