Le contexte : définition de la santé environnementale

Selon la définition proposée par le bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1994 lors de la conférence d’Helsinki, « la santé environnementale (environmental health) comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures ».

Plus précisément la « santé environnement » désigne pour les francophones le champ commun aux hypothèses, connaissances et théories prospectives portant sur les relations possibles entre :
- d’une part des variables environnementales (facteurs biogéographiques, pollutions et nuisances environnementales..) mais aussi facteurs concernant la qualité de l’alimentation, de l’environnement intérieur (air, bruit, champ électromagnétique, radioactivité...) et de travail (exposition à des toxiques, des facteurs spécifiques de stress…),
- et d’autre part : la santé,
- ainsi que la surveillance de celles-ci.

Les problèmes de santé environnementale étaient déjà pris en compte dans la réglementation française. Mais face à ces constats, sous l’impulsion de l’OMS-Europe qui a lancé la principe des NEHAP [1] le gouvernement français a lancé en juin 2004 un plan national en santé environnement (PNSE), décliné en plans régionaux santé environnement (PRSE), nouvelle étape dans la prévention de ces risques.

Notes

[1] National Environmental Health Action Plan

SPIP  Mise à jour : le 14 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos