Mettre l’accent sur les soins primaires

Il s’agit de la seule page de l’ensemble du Master parlant directement du système de soins. En effet, dans l’ensemble, la vision systémique de la santé accorde plus d’importance aux articulations de l’ensemble des politiques, de l’implication des multiples acteurs, de la nécessaire interdisciplinarité. De la même façon que les interventions environnementales ou la conception de politiques appropriées aboutissent à des gains sanitaires, mettre l’accent sur les soins primaires est une manière de réussir la promotion de la santé et la prévention de diverses pathologies, avec le moins de coûts possibles.

Nous n’avons pas trouvé meilleure introduction en la matière que le début du paragraphe intitulé “Les soins de qualité privilégient l’être humain”, issu du rapport 2008 sur la santé mondiale : La science médicale se trouve, comme il se doit, au coeur de la médecine moderne. Pourtant, comme l’a souligné William Osler, l’un de ses fondateurs, « il est bien plus important de savoir quelle sorte de patient a une maladie que de savoir de quelle maladie souffre un patient ». La reconnaissance insuffisante de la dimension humaine de la santé et de la nécessité d’adapter les prestations du service de santé aux spécificités de chaque collectivité et de chaque situation individuelle constitue un défaut majeur des soins de santé contemporains qui non seulement engendre l’inégalité et de mauvais résultats sur le plan social, mais amoindrit également le rendement sanitaire de l’investissement dans les services de santé.

Les principes proposés par l’OMS figure sur le tableau ci-contre. Des cas concrets peuvent être citées en appui du modèle proposé :
- Mise en place de principes de planning familial dans des pays en voie de développement (moyens de contraception p.ex.)
- La nécessité d’aller au devant des personnes âgées en cas d’épisode de forte chaleur (50000 morts occasionnées en Europe par l’épisode exceptionnel d’août 2003)

Par ailleurs, le secteur dans lequel la pratique des soins primaires serait la plus appropriée, concerne les maladies mentales et neurologiques ainsi que les toxicomanies, responsables d’une lourde charge de morbidité et d’incapacité, soit 13% du total des années de vie corrigées de l’incapacité (AVCI) et 33 % du total des années vécues avec une incapacité (AVI).

Une des conditions de succès repose sur la capacité à assurer le rôle de coordination (ou de filtrage) transformant ainsi la pyramide des soins primaires en un réseau où les relations entre l’équipe de soins primaires et les autres institutions et services ne reposent plus seulement sur une hiérarchie verticale de haut en bas et une orientation-recours de la base au sommet, mais sur la coopération et la coordination, telle qu’elle transparaît au travers du schéma de la figure ci-contre.

2 Messages de forum

  • Mettre l’accent sur les soins primaires 15 novembre 2010 17:58, par Emmanuelle Beaugrand

    Est ce que vous pouvez préciser ce qu’on entend exactement par soins primaires ? Merci.

    • Mettre l’accent sur les soins primaires 18 novembre 2010 15:07, par Yorghos Remvikos

      On pourrait aussi parler de réseau de santé de proximité. Ce n’est pas tant dans la définition que se trouve le sens, mais dans son positionnement dans un réseau d’acteurs de proximité (deuxième figure). Le sujet reviendra dans le programme.

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 23 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos