Inégalités en santé : quelques chiffres

Nous avons présenté ailleurs les différences de mortalité infantile de par le monde qui varie d’un facteur 20 rien que pour les pays à revenu modéré ou faible. D’autres indicateurs peuvent également être donnés (données de l’OMS, 2007) :
- L’espérance de vie à la naissance chez les Australiens autochtones est considérablement inférieure (59,4 pour les hommes et 64,8 pour les femmes au cours des années 1996 à 2001) à celle des autres Australiens (respectivement de 76,6 et 82,0 durant les années 1998 à 2000) ;
- Les inégalités dans le domaine de la santé s’observent chez les personnes les plus âgées. La prévalence des handicaps de longue durée chez les hommes européens âgés de plus de 80 ans est de 58,8‰ pour ceux qui ont reçu une formation scolaire réduite, versus 40,2‰ pour ceux qui ont reçu un enseignement supérieur ;
- Parmi les personnes atteintes de diabète, 80 % vivent dans des pays à revenu faible et modéré. Sans une action d’urgence, les décès dus au diabète sont susceptibles d’augmenter de plus de 50 % dans les 10 prochaines années ;
- Le risque à vie de décès chez les mères est de 1 pour 8 en Afghanistan ; il est de 1 pour 17 400 en Suède.

La défaveur sociale ou le déficit en développement sont les déterminants évidents de ces disparités. La question du développement dépasse le cadre de ce cours. Par contre il est intéressant de poursuivre l’analyse de l’impact du statut socio-économique. La plupart des chiffres fournis ci-dessus concernent des comparaisons complexes à propos de groupes parfois éloignés. D’autres facteurs peuvent contribuer aux différences observées [1]. Parmi les travaux ayant marqué un tournant dans ce domaine citons les études dites de Whitehall (Etude de santé chez les fonctionnaires au Royaume Uni). La première, publiée en 1978 comparait l’incidence des maladies coronariennes en fonction du grade des fonctionnaires. La seconde publiée en 1991 présentait plus de paramètres d’inégalité de santé. La 1ère figure ci-contre présente la mortalité par catégorie d’emploi, issue de l’actualisation de l’étude publiée en 1996. Nous constatons que quelque soit la tranche d’âge, la mortalité pour les grades les plus élevées est beaucoup plus faible. La catégorie indiquée comme “Autres”, qui correspond essentiellement aux postes les plus manuels, présente la plus forte mortalité. Les résultats de la 2ème figure viennent confirmer le fait que des disparités considérables apparaissent en fonction du statut socio-économique, même dans un pays riche, disposant d’un système de santé performant. On comprend aisément la nécessité de tout faire pour créer les conditions de vie prospère et épanouie qui sera déjà un facteur d’amélioration de la santé.

2 Messages de forum

Notes

[1] En épidémiologie on utilise le terme de facteur de confusion

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 12 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos