Objectifs du Millénaire pour le développement et santé

La Déclaration du Millénaire, un document remarquable a été adopté en septembre 2000 au siège des Nations Unies, par les dirigeants de 170 pays. Elle représente l’engagement de réduire l’extrême pauvreté et d’atteindre des objectifs chiffrés dans un délais équivalent à moins d’une génération (2015).

Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (voir aussi Les objectifs de développement pour le (...)), qui vont de la réduction de moitié de l’extrême pauvreté, à l’arrêt de la diffusion du SIDA, ou encore à l’offre d’une éducation universelle, représentent un grand degré d’aboutissement en matière de raisonnement durable. Trois de ces objectifs (4,5 et 6) sont directement en rapport avec la santé, démontrant une fois de plus les liens étroits entre développement et santé. La lutte contre les inégalités et les partenariats globaux complètent la liste.

Nous nous intéresserons ici au suivi de la réalisation des objectifs, programmée pour 2015, en insistant sur les aspects sanitaires. Comme le montre la figure ci-contre, les causes sont souvent intimement corrélées. Ainsi, le niveau d’éducation peut s’avérer critique pour prendre en main son destin et aboutir potentiellement à une amélioration notable, comme la réduction de la mortalité infantile.

Pour ce qui concerne les objectifs liés à la santé, l’OMS publie tous les ans un rapport sur le suivi de la réalisation des objectifs du Millénaire. Les quelques lignes suivantes sont issues du dernier rapport (novembre 2008) [1]. Il n’est pas facile d’en faire la synthèse et encore moins de tirer des enseignements simples. Des améliorations sont clairement notées, par exemple en matière de réduction de la dénutrition des enfants (de 27% en 1990 à 20% en 2005) ou de la baisse de 27% de la mortalité infantile. Par contre la santé maternelle n’a pas progressé, avec 536 000 femmes qui meurent en couche chaque année (99% dans les pays en développement). Des progrès sont également noté dans la maîtrise de l’incidence de la tuberculose et quelques succès en matière de paludisme. Notons aussi l’augmentation de la proportion de la population mondiale ayant accès à une ressource en eau potable de qualité. Néanmoins, paragraphe après paragraphe, les inégalités sont soulignées, les plus fragiles étant ceux qui bénéficient globalement le moins. Ainsi, il est demandé plus d’efforts en termes d’équité, de solidarité et d’égalité homme - femme.

Notes

[1] L’intégralité du rapport est accessible via le lien en bas de page

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 15 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos