Les concepts sanitaires de prévention de la qualité de l’eau distribuée

A l’inverse d’autres filières de l’agroalimentaire, la production et la distribution d’eau d’alimentation constituent un processus continu, caractérisé par des délais de mise à disposition aux consommateurs relativement courts et sans possibilité de rappel du produit en cas de non-conformité. En outre, l’usager est « dépendant » du réseau public de distribution et n’a souvent pas d’autre choix pour de nombreuses utilisations de l’eau. Ainsi, la sécurité sanitaire du produit final, l’eau d’alimentation livrée au robinet, résulte d’une gestion optimale à chaque étape de la filière, des intrants (eau, produits de traitement, matériaux en contact de l’eau), des différentes caractéristiques du système (procédures d’exploitation et de pilotage, formation des personnels,…) ainsi que d’une surveillance adaptée aux dangers identifiés. Toute modification, volontaire ou non, d’une de ces composantes peut avoir un effet en cascade sur la qualité de l’eau fournie aux consommateurs, ce qui implique la mise en œuvre de mesures visant à prévenir l’apparition de dangers.

Les mesures de prévention sont prises dès la conception des installations ou équipements, mais également lors de l’exploitation en vue d’éviter la survenue de circonstances propres à générer une dégradation de la qualité de l’eau délivrée aux consommateurs. Ces mesures de prévention se basent sur les principes suivants :
- la création d’une succession de « barrières sanitaires », ensemble de process, de procédures et d’équipements, réduisant au maximum le risque de dégradation de la qualité de l’eau délivrée au consommateur en cas de défaillance d’un des éléments de du système de production et de distribution d’eau ;
- la détection précoce par la mise en place d’un dispositif de surveillance qui permette l’identification, le plus rapidement possible, de « signaux » de dysfonctionnement ou de dégradation de la qualité de l’eau distribuée ;
- la rapidité et l’efficacité de réaction : une fois un signal de dysfonctionnement ou de dégradation détecté, les gestionnaires doivent au plus vite mettre en œuvre les dispositions nécessaires. Ces dispositions prises parfois dans l’urgence doivent garantir un retour à la normale sans restriction d’usage ou, à défaut, prévenir l’exposition de la population par des restrictions d’usage adaptées aux dangers identifiés ;
- la transparence dans les pratiques, notamment dans la gestion des non-conformités de la qualité de l’eau distribuée et dans l’information des consommateurs ;
- le contrôle indépendant de l’Etat.

Dans les faits, ces principes de prévention sont visés dans le code de la santé publique.

Plan du cours

SPIP  Mise à jour : le 14 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos