Les risques physico-chimiques

Constituants naturels de l’eau

L’OMS rappelle en introduction de ses lignes directrices que très peu des constituants de l’eau peuvent être à l’origine de problèmes de santé suite à une exposition en une seule prise. Les principaux constituants naturels de l’eau connus pour leurs effets néfastes sont le fluor (fluoroses dentaires et osseuses) l’arsenic (cancers et autres lésions de la peau) et le sélénium (lésions des phanères et de la peau). Dans les années 1970, des cas de fluorose dentaire ont pu être observés dans le département de la Meuse. Toutefois, l’amélioration des traitements et de la qualité des ressources en eau a permis la disparition de pathologies aiguës liées à la qualité physico-chimique de l’eau.

Contaminants issus des installations de production et de distribution d’eau

Des sous-produits de réaction peuvent être générés lors du traitement de l’eau, c’est le cas des composés trihalométhanes (chloroforme, bromoforme ...) et plus généralement des sous-produits de désinfection issus de la réaction du chlore sur la matière organique. Certains d’entre eux sont reconnus comme cancérigènes ; leur présence dans l’eau de distribution est réglementée. L’interdiction et l’abandon progressif de la chloration en tête de traitement de potabilisation parallèlement à l’amélioration de la rétention de la matière organique présente dans l’eau, ont permis de diminuer la présence de ces sous-produits de désinfection dans l’eau distribuée. Des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) provenant d’anciens revêtements ou matériaux constitutifs des réseaux de distribution d’eau ont été détectés ponctuellement dans l’eau d’alimentation. Certains des HAP sont suspectés d’être cancérigènes pour l’homme. L’eau de distribution publique peut se charger en plomb au contact de canalisations (et ce d’autant plus que le temps de stagnation est long, que l’eau est peu minéralisée, que la température est élevée …). La directive européenne 98/83/CE prévoit d’abaisser en 2013 la limite de qualité du plomb à 10 µg/L sur la base de la valeur guide de l’OMS calculée pour le groupe de population le plus vulnérable (les nourrissons). Cette valeur correspond à la valeur qui n’entraîne pas d’augmentation de la plombémie pour une consommation d’eau régulière.

Contaminants d’origine anthropique

Les contaminants chimiques peuvent être liés à l’activité agricole. C’est le cas des nitrates et des nitrites (historiquement associés à la méthémoglobinémie chez le nourrisson) ainsi que des pesticides (effets toxicologiques différents selon le type de substance). Ils peuvent également être liés à l’activité industrielle ou aux déchets qu’elle produit. Ainsi, on peut rencontrer localement une pollution de ressource due à du trichloréthylène et du tétrachloréthylène (substances probablement cancérigènes, pour le foie et les reins).

Contaminants chimiques « émergents »

Les progrès réalisés dans le domaine analytique sont à l’origine de la détection d’un nombre croissant de micropolluants dans les ressources destinées à la production d’eau d’alimentation On peut citer, à titre d’illustration, les résidus médicamenteux, les composés perfluorés, les PCB, les plastifiants, les cyanotoxines … pour certains identifiés à des concentrations de l’ordre du nanogramme par litre. Leur présence a conduit certains Etats européens à adopter des réglementations ou recommandations spécifiques : limitation à 0,1 µg/L de tout composé ne disposant pas de VTR [1] en Allemagne, document guide relatif à la présence de PFOs (perfluorooctane) et PFOAs (acide perfluoroctanoïque) dans l’eau d’alimentation, produit par la Grande Bretagne,…

6 Messages de forum

  • Les risques physico-chimiques 16 février 2010 21:52, par Badji Placide

    "Les contaminants chimiques peuvent être liés à l’activité agricole. C’est le cas des nitrates et des nitrites (historiquement associés à la méthémoglobinémie chez le nourrisson) ainsi que des pesticides (effets toxicologiques différents selon le type de substance)". Pourriez-vous décrire comment ces contaminants sont-ils liés à l’activité agricole ? quel est le mécanisme de leur passage de l’agriculture à l’eau de boisson (ou tout autre usage de l’eau), est-ce par infiltration et contamination des nappes inférieures ? Merci

    • Les risques physico-chimiques 17 février 2010 00:05, par Yorghos Remvikos

      Plusieurs cours sur le sujet sont prévus dans le second semestre. Vous y trouverez des réponses très détaillées à votre question, sur les substances, sur les pratiques, les voies de contamination, y compris sur le plan du fonctionnement hydrologique du basin. Le cours sur l’eau potable fourni une sensibilisation sur le sujet, sachant que nous traitons ici la partie la plus aval, celle qui est proche du consommateur.

  • Les risques physico-chimiques 16 novembre 2010 17:11, par Emmanuelle Beaugrand

    La chloration est-elle aussi abandonnée dans les piscines où il y a contact direct de "matière" organique et du chlore de l’eau. Si ce n’est pas le cas, peut-on déduire qu’on est potentiellement en contact avec des produits cancérigènes lorsqu’on s’y baigne ?

    • Les risques physico-chimiques 18 novembre 2010 15:02, par Yorghos Remvikos

      Elle n’est pas abandonnée, mais elle est fortement remise en question dans les dernières expertises. Le sujet est pollué par un grand nombre d’affirmations invérifiables (google). Les règles actuelles d’hygiène impose un renouvellement minimum quotidien de l’eau et des interdictions aux baigneurs souffrant d’affections cutanées. Une agence sanitaire a émis un avis récent, je le recherche.

  • Les risques physico-chimiques 27 janvier 2011 11:21, par Perez Marie-Elisabeth

    Bonjour,

    Pourquoi le cas de l’aluminium (ajouté dans les process de traitement de l’eau —> agent de floculation) n’est-il pas abordé ? (risque suspecté = maladie d’Alzheimer). Sera-t-il traité par ailleurs ?

    Merci beaucoup

    • Les risques physico-chimiques 27 janvier 2011 11:34, par Yorghos Remvikos

      Pour les contenus des cours, nous nous basons sur les documents fournis par les intervenants extérieurs, souvent institutionnels. Le parti)pris du Master est de couvrir le domaine en vous donnant les clés de lecture. Etre exhaustif reviendrait à faire un catalogue difficile à hiérarchiser.

      Je vous ferai une proposition pour les TDs de fin d’année sur le sujet.

Notes

[1] Valeur toxicologique de référence

Plan du cours

SPIP  Mise à jour : le 18 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos