Plus sur l’ état des lieux en France

Les principaux usages de l’eau qu’ils soient individuels, collectifs, industriels ou agricoles relèvent de trois catégories : les usages nobles » pour lesquels il est exigé une qualité alimentaire de l’eau : boisson, préparation d’aliments, soins corporels, lavage du linge et de la vaisselle, industrie agro-alimentaire ; les usages spécifiques » pour lesquels une qualité particulière de l’eau peut être requise : la baignade, certains usages médicaux tels que la dialyse rénale, certains usages industriels (informatique,…) et agricoles (aspersion, conchyliculture,...) ; d’autres utilisations n’appartenant à aucune de ces catégories (lavage de voiries, production d’énergie hydraulique,…). Les aspects sanitaires développés ci-après concernent exclusivement le premier usage précité, en particulier l’usage alimentaire (boisson et préparation des aliments).

Le dispositif de prévention n’est pas rigoureusement appliqué par les responsables de la distribution d’eau de manière homogène à l’échelon national : l’attention portée par ces derniers augmente généralement avec l’importance du système de distribution d’eau exploité.

L’exposition au risque infectieux hydrique de la population peut être appréhendée notamment au travers des résultats du contrôle analytique de l’eau d’alimentation réalisée à la diligence des directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS). La direction générale de la santé (DGS) indique que, pour les contrôles effectuées en 2005 sur l’eau distribuée en France, 97,1% des analyses confirment l’absence de contamination microbiologique. La population ayant potentiellement été exposée au moins une fois à des eaux non-conformes est estimé à 2,6 millions de personnes. L’examen de ces résultats montre que la qualité de l’eau s’améliore avec la taille des unités de distribution d’eau. En conséquence, les zones de montagne et les zones karstiques (où les unités de distribution d’eau sont les plus petites) sont celles où les non-conformités microbiologiques sont les plus fréquentes.

La qualité microbiologique de l’eau est donc globalement satisfaisante en France. Toutefois, des épidémies d’origine hydrique surviennent 1 à 2 fois par an. Leur recensement sur la base des enquêtes réalisées par l’InVS permet d’identifier les germes et parfois les causes qui en sont à l’origine2 (cf. annexe 2). La plupart d’entre elles sont dues à un phénomène de retour d’eau (par exemple, introduction d’eaux usées dans un réseau d’eau de distribution publique) ou à un dysfonctionnement du traitement (notamment la chloration).

Notons que certains sites restent très pollués bien qu’il existe une conformité de la ressource en eau par rapport à la réglementation cela ne veut pas dire que les habitants de la région ou de la commune disposent d’une eau de bonne qualité. Ainsi, les disparités se dressent au travers de la France. Les individus affectés par une mauvaise qualité microbiologique se trouvent dans les zones montagneuses telles que le massif central, les Alpes, le massif vosgien… Quant aux raisons derrière les différences observées entre les départements pour la teneur en nitrates de l’eau, nous pouvons évoquer : des zones de pratiques culturales intensives, des zones de plaines et de montagnes, ou les petites tailles des installations de production. Certaines installations souffrent de contamination par les nitrates très importante et conduisent à l’abandon de nombreux captages d’eau.

2 Messages de forum

  • Plus sur l’ état des lieux en France 16 novembre 2010 18:11, par Emmanuelle Beaugrand

    "Quant aux raisons derrière les différences observées entre les départements pour la teneur en nitrates de l’eau, nous pouvons évoquer : des zones de pratiques culturales intensives, des zones de plaines et de montagnes, ou les petites tailles des installations de production." Me semble en contradiction pour ce qui est des zones de montagnes avec le carte jointe qui montre une qualité plutôt bonne en zone de montagne.

    • Plus sur l’ état des lieux en France 18 novembre 2010 14:54, par Yorghos Remvikos

      Vous avez raison. Je ne suis pas le rédacteur de cette page. Je fais mes recherches et je corrige s’il y a lieu.

Portfolio

Plan du cours

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 23 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos