La monétarisation des impacts sanitaires environnementaux

L’utilisation de l’approche par fardeau global en maladies permet d’exprimer en une mesure unique toute une série d’issues sanitaires, quelle que soit l’évolution de la maladie. Conformément aux principes de l’économie, la monnaie permet d’exprimer et de comparer des biens matériels ou immatériels. Il s’agit donc d’obtenir des indications pour dimensionner et prioriser les politiques environnementales et sanitaires. Sachant que ces notions sont abondamment traitées dans le module d’économie, nous insisterons ici sur quelques notions simples, en guise d’introduction.

Nous partons du principe que nous sommes en mesure de déterminer le fardeau global en maladie (attribuable à un facteur - la pollution atmosphérique par exemple). Ceci signifie que nous avons établi la liste des pathologies causées par ce facteur et que nous avons quantifier, à l’aide d’indicateurs, le fardeau global. Pour ce faire nous devons disposer d’une liste d’indicateurs de morbidité et/ou de mortalité pour la pathologie (Indicateurs de morbidité et de mortalité). Ceci permet d’obtenir un résultat en termes d’années de vie perdues (YLL), ou d’année de vie en incapacité (YLD) qui peuvent être synthétisés en années de vie ajustées sur l’incapacité, qui combine les deux (DALYs). Le coût sera estimé soit par les dépenses directes (coût de la maladie), soit avec des indicateurs plus synthétiques qui permettent d’intégrer des notions de coût social.

Pour prendre un exemple, l’OCDE s’est basé sur le Rapport mondial sur la santé de 1999 (WHR 1999), pour obtenir le fardeau pour les principales maladies [1]. Bien sûr, il faut se baser sur les données de la littérature scientifique pour obtenir des mesures valables de ces parts attribuables aux déterminants environnementaux [2]. Pour une catégorie comme les infections respiratoires aiguës, il est possible de mesurer l’effet d’un niveau de pollution, au jour le jour (PM10 ou ozone par exemple), sur les admissions à l’hôpital (morbidité) ou la mortalité par pneumonie (un exemple d’indicateur de mortalité). Le calcul ne peut être précis. Le résultat sera exprimé plutôt en intervalle, avec une hypothèse (part attribuable sous forme de %) haute et une hypothèse basse. Notons que dans l’exemple donné, le WHR 1999 exprime d’emblée le fardeau global par maladie en DALYs. Les deux tableaux ci-contre fournissent des indications sur toutes les formes d’expression du fardeau global (en DALYs), de la répartition du point de vue de la mortalité (YLL) ou de la morbidité (YLD) et de sa monétarisation.

2 Messages de forum

  • La monétarisation des impacts sanitaires environnementaux 21 novembre 2010 23:19, par Emmanuelle Beaugrand

    Bonjour, Que représente une unité de DALY, de YLD, de YLL : concrètement, que signifient 1400 milliers de DALYs, 0.11 YLD/DALY, 0.89 YLL/DALY ? Merci.

    • La monétarisation des impacts sanitaires environnementaux 24 novembre 2010 16:05, par Yorghos Remvikos

      D’autres pages sont consacrées aux définitions :
      - DALY, disability-adjusted life year
      - YLL, years of life lost
      - YLD, years of life with disability

      Il s’agit d’unités permettant de comparer les risques entre eux. Du coup ceci devient une mesure pour transformer la santé en coûts monétaires.

Notes

[1] Ici limitées aux pays développés

[2] Fractions des cas qui ne seraient pas survenus si le déterminant été réduit le plus possible

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 23 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos