Chaque cellule perçoit son voisinage

Afin de détecter la survenue de circonstances exceptionnelle, voire anormales, chaque cellule perçoit à tout moment un certain nombre de signaux la renseignant sur l’état général. Dans le tissu épithélial, structuré selon les deux axes, il est important que soient assurées la communication intercellulaire d’une part, l’attachement à la matrice extracellulaire, sur la face basale, d’autre part.

La perception précise de l’environnement cellulaire, dans le sens des plus proches voisins, est indispensable pour le déclenchement d’une réponse adaptée à un événement particulier comme un traumatisme par exemple. Elle l’est tout autant pour restreindre spatiallement certaines fonctions cellulaires. Ainsi, la prolifération n’a lieu que dans des compartiments privilégiés du tissu et est totalement interdite ailleurs. Ceci doit être considéré comme une mesure de protection contre une prolifération anormale et incontrôlée dans des endroits qui compromettraient l’équilibre fonctionnel du tissu.

La perception de l’environnement se fait par un réseau complexe de molécules protéiques membranaires qui relient les cellules entre elles. L’expression de molécules identiques ou différentes sur des cellules voisines détermine un réseau d’attachements (certaines familles sont indiquées sur la figure ci-contre), prolongés sur la face interne de la membrane cellulaires par d’autres molécules pouvant transmettre diverses informations sur tout facteur pouvant affecter l’intégrité du tissu. D’autres interactions mettent en jeu des récepteurs cellulaires et des composants de la basale (collagènes, fibronectine, etc.). Toute modification de ces connexions intervient sur :
- L’établissement du programme fonctionnel, c’est-à-dire avec transcription de gènes appropriés, enzymes du métabolisme, de réparation, de production de médiateurs vis-à-vis d’autres populations cellulaires (immunitaires par exemple). Ces programmes fonctionnels peuvent correspondre aussi au déclenchement de la prolifération ou de la mort cellulaire programmée.
- L’adaptation de la forme de la cellule par la plasticité du cytosquelette, qui correspond à la contractilité ou la motilité (migration cellulaire par exemple).

2 Messages de forum

  • Chaque cellule perçoit son voisinage 25 novembre 2010 18:06, par Scavo Linda

    s’il vous plait , quelqu’un peut m expliquer ce paragraphe :" Toute modification de ces connexions intervient sur : L’établissement du programme fonctionnel, c’est-à-dire avec transcription de gènes appropriés, enzymes du métabolisme, de réparation, de production de médiateurs vis-à-vis d’autres populations cellulaires (immunitaires par exemple). Ces programmes fonctionnels peuvent correspondre aussi au déclenchement de la prolifération ou de la mort cellulaire programmée. L’adaptation de la forme de la cellule par la plasticité du cytosquelette, qui correspond à la contractilité ou la motilité (migration cellulaire par exemple)."

    je n arrive pas a le comprendre , ....merci de m ’aider

    • Chaque cellule perçoit son voisinage 26 novembre 2010 09:25, par Yorghos Remvikos

      Je vous suggère de prendre le temps de lire l’ensemble du cours. Prenez des notes page par page. Par la suite, reposez les questions et je répondrai.

Portfolio

Plan du cours

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 14 octobre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos