Le bon état écologique selon la DCE

La directive cadre sur l’eau impose des objectifs pour les eaux de surfaces et les eaux souterraines en terme de qualité. Ainsi, la notion centrale de cette directive est celle du « bon état écologique ». Afin d’évaluer les eaux présentes dans un bassin versant une typologie par masse d’eau a été effectuée. Une masse d’eau est définie comme une portion homogène d’eau (par exemple : une portion d’un cours d’eau ou d’un lac) visant à instaurer une unité d’évaluation pertinente. Ces masses d’eau servent de base à la définition du bon état écologique. Une masse d’eau est considérée en bon état écologique lorsqu’elle répond conjointement à plusieurs conditions.

L’état écologique est apprécié en fonction des critères suivants :
- biologiques : c’est-à-dire de la composition et de l’abondance de la flore aquatique et de la faune invertébrée benthique ainsi que de la composition et de l’abondance des poissons. La présence ou au contraire l’absence de ces organismes ainsi que leur diversité, leur quantité et leur qualité permet d’évaluer l’état du milieu.
- hydromorphologiques : il s’agit du régime hydraulique (débitmétrie, liaison avec les nappes souterraines, etc.) et de la morphologie (variations de profondeur et de largeur, nature et structure du fond) de la masse d’eau.
- physico-chimiques et chimiques : il s’agit des conditions du milieu telles que la température, l’oxygène, la salinité ou les nutriments. L’état chimique est, quant à lui, rattaché à la présence de polluants spécifiques pour lesquels des normes d’émission existent. Ces polluants identifiés présentent un risque pour l’environnement aquatique. Certains de ces polluants sont caractérisés par la commission européenne comme « substances dangereuses prioritaires » ou « substances prioritaires ». Les polluants sont inscrits dans ces listes en fonction de nos connaissances sur leur nocivité pour la santé ou l’environnement. Lorsque les valeurs relevées sont supérieures à la norme cela correspond à un mauvais état et demande une action de la part des pouvoirs publics. Avec comme objectif l’atteinte du bon état écologique, les actions nécessaires seront mises en œuvre selon un principe d’efficience (coûts/bénéfices) qui peut conduire à reporter la réalisation de l’objectif en 2020 ou 2027, plutôt qu’en 2015.

En fonction de ces critères, il existe cinq classes de qualité écologique des masses d’eau : excellente, bonne, moyenne, médiocre et mauvaise. Chaque type de masses d’eau possède un état écologique de référence qui correspond à un état proche de l’état naturel.

1 Message

  • Le bon état écologique selon la DCE 8 octobre 2010 11:08, par Koffi-Kuma Kokou

    en se basant sur le classement de type d’eau dans quelle pouvons nous placer les eaux de la Seine en plein Paris, puisque les poissons résultant de ce fleuve son impropre à la consommation.

Portfolio

SPIP  Mise à jour : le 8 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos