Les études

Question n°1 (les études)

Points positifs : exposition individuelle / cartographie fine / protocoles discutés avec les populations… Points faibles : Pas de mesure des « pics » sonores, pas de mesure les jours de départ en vacances, durée de mesures/ prélèvement jugées pas assez longue, pas représentative….

Quels sont, selon vous, les points forts et les points faibles des protocoles des études ?

59 Messages de forum

  • Question n°1 (les études) 8 avril 2010 15:43, par Kana Paul Martin Jonas

    Points forts des protocoles : - Mise en application de certaines directives européennes telles que LDEN et LN - Mobilisations de plusieurs organismes à compétences spécifiques comme Airparif, afsset, InVS pour une étude complète des expositions des champlanais aux différents facteurs de risques.

    Points faibles des protocoles : - Établir l’effet cocktail des expositions - Impossibilité d’une étude épidémiologique à cause de la faiblesse de la taille de l’échantillon - La durée de l’étude

  • Question n°1 (les études) 8 avril 2010 21:39, par Badji Placide

    Les points forts :
    - ensemble d’études permettant de croiser des informations et résultats pour déterminer des effets coktails : le but de l’ensemble des études est unique
    - rapprochement avec les outils et concepts des sciences sociales,
    - collaboration entre agences,
    - démarche participative et inclusive
    - implication politique,
    - des protocoles innovants : utilisation de capteurs individuels pour des prises de mesures régularité des informations avec les populations et mairie,
    - mesure de l’intensité et de la dispersion des nuisances

    Faiblesses :
    - les protocoles semblent ne pas avoir été validés par l’ensemble des acteurs, ce qui a donné lieu à des contextations par la suite ;
    - le délai relativement court des études,
    - la non inclusion d’études épidémiologiques,

  • Question n°1 (les études) 11 avril 2010 00:25, par Abdiche Seklaoui

    L’étude dans l’ensemble est impressionnante, les points forts des protocoles d’étude sont :
    - L’implication et la participation de la population à l’étude.
    - Des réunions sur l’état d’avancement des études.
    - Lettre d’information qui est actualisée régulièrement.
    - La concertation entres les différents acteurs (experts scientifiques, élus et population) Les points faibles :
    - L’effet coexposition n’a pas été abordé.
    - La période d’étude n’a pas tenu compte des variations saisonnières qui peuvent influencer significativement les résultats.

  • Question n°1 (les études) 13 avril 2010 21:01, par Yapi Apollinaire

    1.Points forts
    - Restitution des études
    - Compte-rendu de réunion mis à la disposition du public
    - Lettre d’information mis en place dès le lancement du programme
    - Site internet(support pour le relais des informations)

    2.Points faibles

    - Echantillon non représentatif
    - Durée des études courtes
    - Période choisie pour les études
    - Aucune proposition de moyens de protection ou de prévention contre ces nuisances

  • Question n°1 (les études) 13 avril 2010 23:24, par Malergue Christelle

    Etude pollution atmosphérique, points forts : maillage précis du territoire avec 88 points de mesure..., durée des mesures suffisamment longue pour être pertinente 6 semaines...., plus analyse du cadastre donc de bases existantes et utilisation de modèles connus pour dissocier la contribution des sources : l’ensemble donne une étude sérieuse et solide. Points faibles : ? Etude de la pollution électromagnétique : quelques points faibles : à mon avis, échantillon de volontaires un peu trop faible et possibles imprécisions car l’étude demande un remplissage soigneux d’un questionnaire à corréler aux mesures ( on peut penser que les détails sont plus ou moins bien notés et plus ou mojns simultanément aux mesures) ; points forts faisabilité des mesures estimée préalablement Etude sociologique : points forts : interlocuteurs bien choisis c’est à dire quelques personnes clefs (maire etc...)et communication avec les habitants en direct sur la base d’un questionnaire commun , plus par le groupe de travail des habitants ont été consultés tout au long de l’étude , ce qui est important car ils sont directement concernés et porteur du projet . etc..

  • Question n°1 (les études) 16 avril 2010 20:39, par Djuitchou Astryde

    points forts des protocoles : les protocoles d investigations ont tenu compte de l’ approche sociologique en intégrant les habitants dans de Champlan la procédure. il en ainsi des la stratégie de communication mise en place : reunion publique ; lettre d’information ; site internet de la commune.

    points faibles : la durée des investigations n’est suffisante il faut envisager les effets de ses nuisances à long terme pour des expositions sans effets de seuil.les études sur les bruits et et la pollution devraient etre faite en période de grands traffics.

  • Question n°1 (les études) 17 avril 2010 11:07, par Perez Munoz Antoine

    - Etude sur la pollution atmosphérique : la grande densité de points de mesure, l’extension de l’étude aux communes limitrophes, l’utilisation des données pré-existantes (cadastres des émissions) dans l’optique de dissocier les différentes sources de polluants. Les points faibles peuvent être le choix d’un petit nombre de polluants, la réalisation de l’étude hors des périodes de pointe du trafic routier.
    - Etude d’exposition individuelle aux polluants : les points forts sonts l’inclusion de Champlanais dans une étude plus large sur l’exposition des franciliens permettant donc des comparaisons, le souci de prendre en compte l’air intérieur, le couplage de mesures en hivet et en été ; on peut critique r la faibless de la taille de l’échantillon et sa non-représentativité de la population franciliennne et champlanaise.
    - Etude d’exposition au bruit : le protocole associe modélisation à partir des infrastructures émettrices et mesures acoustiques sur le terrain et est soucieux de se confrmer aux exigences européennes en la matière ; par contre il ignore complètement la gène non auditive au niveau individuel, une étude de ressenti des nuisances sonores aurait été utile.
    - Etude d’exposition aux champs magnétiques : l’utilisation de dispositifs permettant la distinction entre les différentes sources émetrices, la bonne prise en compte du contexte local avec surreprésentation des riverains des lignes T.H.T. sont à souligner ; le gros point faible est la restriction du champ d’étude aux basses fréquences, d’où des résultats parcellaires et interdisant toute liaison avec le volet sanitaire.
    - Etude sociologique : le point fort en est le choix de procéder par entretien en face à face avec questions ouvertes, et d’avoir réalisé en prélable une première phase d’entretien "ciblés" avec des "personnes-clés" afin de bien cerner la problématique. Les critiques peuvent porter sur les critères de sélection et le faible nombre de familles retenues, qui aboutissent à des groupes hétérogènes et difficiles à typer.

  • Question n°1 (les études) 19 avril 2010 02:39, par Assani Bilkiss

    Points forts :
    - approche pluridisciplinaire
    - échanges entre les parties prenantes
    - implication précoce de la population tout au long du processus d’investigation
    - bonne coordination entre acteurs de l’investigation et acteurs de la gestion des risques tout en respectant la séparation des rôles
    - retour d’expérience

    Points faibles :
    - réponse partielle des outils épidémiologiques classiques
    - limites des investigations des clusters (estimation de l’excès de pathologie et compréhension de la distribution de cancers sur le territoire)
    - difficulté à caractériser un lien de causalité entre exposition environnementale suspectée et pathologie avérée

  • Question n°1 (les études) 19 avril 2010 10:39, par Andriamanana Tiana

    Les points positifs :
    - les études ont permis de donner une réponse à la population sur le niveau de la pollution (sonores, athmosphériques...)et de les rassurer.
    - le niveau de stress a diminué après que les résultats aient été révelé.
    - L’identification des sites où la pollution athmosphérique est le plus élevée et du niveaux de nuisances globale pour le village

    Les points négatifs :
    - les études ne sont pas complètes (aucune étude pathologique, épidémiologique...) et ont été faites pour une courte durée
    - le manque d’échantillon pour une étude extensive (3000personnes nécessaires pour 2500 Champlanais)
    - les études ne sont pas approfondis et manques cruellement de détails

  • Question n°1 (les études) 20 avril 2010 21:09, par Valbrun Jean

    Les protocoles d’étude ont été définis pour tenter de fournir des réponses aux préoccupations des Champlanais dont la principale est l’impact des pollutions sur leur santé et en particulier l’effet cocktail.

    Points forts : D’une manière générale, les protocoles ont couvert l’ensemble des sources de pollution. Pour chaque source de pollution les études ont été assez bien réparti dans l’espace. Les protocoles ont dans l’ensemble été établis de telle sorte qu’ils intègrent les Champlanais.

    Points faibles : L’effet cocktail n’est pas pris en compte, ce qui laisse les Champlanais encore perplexe. Le temps d’étude n’est dans l’ensemble pas indiqué pour chaque protocole Les études ne sont pas suffisamment étalées dans le temps, il peut bien y avoir des impacts dûs au cumul d’exposition. La taille des échantillons me paraît trop restreinte

  • Question n°1 (les études) 21 avril 2010 01:18, par Mohattane Nour Eddine

    points forts études multidisciplinaire ,études étalés sur le temps, mesure quantitative de certains polluants, dresser des cartes des nuisances points faibles juste quelques polluants atmosphériques qui ont étés mesures, le temps était un peu court, on n a pas pris en compte des donner historiques sur certaines maladies lie a la pollution dans les eudes.

  • Question n°1 (les études) 21 avril 2010 15:39, par Labbe Marie

    Les points forts des études, c’est la multiplicité des études menées en parallèle allant des mesures de l’exposition à différents polluant à l’étude sociologique sur la perception du problème par les habitants. En revanche, il n’y a pas d’étude sur les impacts sanitaires que peuvent subirent les habitants de cette commune. Pour l’étude sur la pollution atmosphérique la campagne de mesure à été réalisée uniquement en Hiver, étant donné la forte influence des conditions météorologiques sur le niveau de pollution, on peut s’interroger sur l’extrapolation à l’exposition annuelle. Les campagnes de mesure de l’exposition aux ondes magnétiques et aux polluants portent sur un nombre très limité de personnes.

  • Question n°1 (les études) 22 avril 2010 11:23, par Kodjirangue Ngartonan

    les points forts de des protocoles des etudes reste : permet d’identifier le vrais probleme en vue de proposer les solutions qui peuvent soulagées et/ ou remédié le probleme tan disque les points faibles peuvent êtres la stigmatisation

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 12:16, par Safia Ouangbi

    le point fort selon moi c’ est laspect santé environemental, le risque liés aux nuisances de divers forme et le point faible c’ est le faite que champlan garde encore l’ image d’ un village multi exposé

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 12:25, par Bataillard Caroline

    Les points faibles :
    - Les petits nombres de cas, de volontaires, de mesures (suivant les études), de durée d’étude rendent difficiles une analyse statistique mathématiquement fiable.
    - La communication à mettre en place est compliquée car il y a souvent inadéquation entre ce que les résultats de l’étude concluent (résultats statistiques, non prise en compte du problème...) et ce que la population attend (nous pensons être en danger, que proposez-vous comme solution ?).
    - Les durées des mises en place des études sont généralement longues.

    Les points forts :
    - Une prise en charge sérieuse des études avec des organismes indépendants et compétents en la matière.
    - un souci de répondre à une population inquète même si les réponses apportées ne sont pas toujours cohérentes avec les attentes.
    - Etudes basées sur une multiplicité de sources d’informations qui se recoupent parfois et qui permettent d’avoir une certaine confiance dans les conclusions avancées.

  • Question n°1 (les études) 30 avril 2010 19:00, par Sourd Fabienne

    les points forts : des études pilotes avec des innovations pertinentes et une quantité de moyens inégalés jusqu’alors :
    - pollution atmosphérique : densité de points de mesures très importante, modélisation ultra fine
    - champs électromagnétiques : développement de capteurs individuels avec Sup’élec
    - bruit : utilisation des indicateurs européens pour quantifier la gêne (Lden et Ln)
    - l’implication de la population et des restitutions nombreuses de grandes qualité

    les points faibles :
    - un affichage d’exhaustivité alors que tous les aspects n’ont pas été étudiés (pollution des sols et des nappes, épandages de pesticides, biomonitoring...)
    - l’absence de réponse aux questions d’effet cocktail et le maintien de la demande d’étude épidémiologique (le message de la cire n’a pas été suffisamment compris)
    - l’absence d’engagement sur des actions concrètes pour diminuer les nuisances

  • Question n°1 (les études) 3 mai 2010 17:45, par Sane Habibou

    les points forts des protocoles sont liés à l’implication de tous les acteurs chargés du problème de l’environnement suivant les différents niveaux de pollution. Mais les points faibles restent surtout liés à la courte durée de l’enquête et à la non représentativité de l’échantillon

  • Question n°1 (les études) 4 mai 2010 12:02, par Assih Bawoumodom Tagba

    Points forts des protocoles d’étude : • Les études ont été réalisées par un groupe de travail constitué d’organismes spécialisés ayant une grande expérience dans les domaines concernées ; • Il y a eut un échange permanent entre les parties prenantes tout au long des études pour bien identifier les attentes des populations qui se cachent derrière le signal. Points faibles des protocoles d’étude : • La taille des échantillons est trop faible pour être représentative de la population, • La durée des études est trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais, • La modélisation par exemple dans le cas de la détermination du bruits est susceptible d’entraîner plusieurs sources d’incertitudes sur les résultats.

  • Question n°1 (les études) 4 mai 2010 13:45, par Djilo Tonmeu Carine

    1. points forts:chaque protocole s’est spécialisé sur un seul type de nuisance. mise sur pied des dispositifs d’analyse adéquats 2. points faibles : intégration relative de la population, à priori sur le village

  • Question n°1 (les études) 5 mai 2010 18:54, par Ilboudo Gueswende

    Les points forts des protocoles des études :
    -  Tentative de constitution de groupe de contrôle et groupe d’exposition
    -  Claires définition des questions au niveau de chaque étude
    -  Caractère innovant de la recherche
    -  Complément des études quantitatives par des études qualitatives à même de mieux cerner les facteurs influençant qu’ils soient objectifs ou non

    Les points faibles des protocoles des études :
    -  Manque de puissance des études du fait de la petitesse des échantillons
    -  Problème de représentativité de l’échantillon du fait qu’aucune information sur l’échantillonnage est donnée et terme de composition de sexe ce qui portant peut biaiser les résultats
    -  La durée de l’étude est souvent faible pour permettre de détecter des différences significatives (mesure en 1 jour par exemple)
    -  Pas de claire définition de la période de la mesure ce qui peut influencer le résultat et conduire à sous-estimer ou sur-estimer la mesure d’exposition

  • Question n°1 (les études) 6 mai 2010 13:33, par Andrianomenjanahary Fenosoa

    Les protocoles des études présentent des avantages tels la réponse aux préoccupations de la population face aux risques environnementales, la vérification de chaque cas de risque qui peut avoir des influences sur la population. Malgré ces avantages, on constate quand même des lacunes au niveau de l’organisation : le choix des échantillons qui ne représente pas toute la population, la durée de l’étude trop courte pour une observation, le choix de la période d’étude.

  • Question n°1 (les études) 6 mai 2010 13:54, par Tendeng Paul

    Points forts du protocole :

     Réalisation d’études scientifiques  Implicationde l’Etat avec quatre Agence chargées des questions d’environnement et de santé (ADEME, InVS, AFsset, Airparif  Mise en place d’une étude multicritère avec des volets : qualité de l’air, estinamition des champs magnétiques, nuisances sonore, étude sociologique, et des échanges avec les populations locales  Explication de la démarche et restitution des résultats aux populations de la commune.

    Point faibles du protocole

     Absence d’études épidémiologiques, à cause de l’absence d’un syndrome pathologique commun à tous les habitant, alors que cette étude est un souhait pour les populations  Faiblesse de l’échantillon de l’étude extensive multi-critère, car il fallait étudier la santé de deux groupes de 3000 personnes, ce qui n’a pas été fait car le village essonnien ne comptait que 2500 habitantqs de tout âges.

  • Question n°1 (les études) 9 mai 2010 21:41, par Kinda Maurice

    Points forts des protocoles • La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants ; • • Implication de plusieurs organismes dont chacun a en charge la réalisation d’une étude donnée selon son expertise • Les objectifs de chaque étude sont assez précis et clairs avec des démarches spécifiques en fonction des objectifs • L’exposition aux nuisances et aux pollutions est étudiée par rapport à chaque source d’émission

    Points faibles des protocoles (je partage les points de vue des Champlanais)

    • Les populations n’ont pas été associées à la conception des études • La taille des échantillons des personnes qui ont participées aux études ne sont pas représentative • Toutes les préoccupations des Champlanais n’ont pas été prises en compte • La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. • La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Des discussions ont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

  • Question n°1 (les études) 10 mai 2010 20:25, par Ouedraogo Issaka

    Points faibles : • Accent particulier mis sur la communication et la participation active de la population dans son ensemble. • La prise en compte des principaux facteurs pouvant influencer les différentes mesures comme la météo ou la position géographique de Champlan et des autres communes par rapport à Paris. • Organisation du travail d’ensemble des activités pendant toute la période des études, surtout la coordination efficace entre ces grandes structures que sont Ademe, INVs, Airparif et Afsset.

    Points faibles :

    • La taille des échantillons est faible pour presque toutes les mesures réalisées en particulier pour l’échantillon ayant servis à l’ études des trois principaux polluants : le benzène, NO2 et le Formaldéhyde (Echantillon de 167 personnes sur 42 200 habitants dans la zone d’étude). • Nombre de jours faible (1 jour en été et 1 jour en hivers) : Il serait plus intéressant d’avoir plus d’un résultat pour analyser les contradictions qui peuvent nous permettre de confirmer encore la fiabilité des données récoltées. • L’exclusion des enfants dans composition des échantillons.

    NB : Que dire du tube à diffusion passive si nous savions que l’activité pulmonaire et surtout l’inspiration de l’air est un phénomène physiologique actif ? On peut craindre une sous évaluation de la quantité de polluants inhalées.

  • Question n°1 (les études) 12 mai 2010 17:43, par Djeufa Heuchin Gile

    Points positifs : Les zones ont été bien cartographiées, les populations ont pris part dans l’élaboration des protocoles.

    Points faibles : au niveau des méthodes de mesure (le facteur temps et la durée) : les mesures n’ont pas été faites au niveau individuel ! les pics de pollution n’ont pas été mesurées et les études n’ont pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment). L’effet cocktail n’a pas été mesuré ! Il faut faire des études à long terme pour tirer des conclusions plus claires !

  • Question n°1 (les études) 19 mai 2010 22:19, par Sawadogo Philibert

    - Les points forts : Approche pluridisciplinaire de l’étude qui tient compte du faceur sociologique, bonne communication entre les parties prenantes, forte implication de la population, des éluts locaux et de la societé civil dans les études.

    - les points faibles : L’attente de la population n’a pas été totalement satisfaite (pas de reponses sur l’effet cocktail), auccune mesure de gestion de la crise n’a été prise, il n’y a pas eu de communication entre la population et les entreprises polluantes de la ville

  • Question n°1 (les études) 24 mai 2010 01:32, par Mbaye Papa Mohamed

    - Les points forts des protocoles d’études, selon moi, sont l’implication des champlanais dans le suivi-évaluation du programme d’étude.
    - Les points faibles des protocoles d’études sont la représentativité (taiile, composition) des échantillons et la durée des études qui auraient pu être discutées avec le comité de défense.

  • Question n°1 (les études) 26 mai 2010 16:58, par Diouf Ndeye

    Les points forts : la varieté des études ; la réaction rapide des autorites ; l’acces aux resultats des populations . Les points faibles : la duree des etudes a ete tres courte. la taille des échantillons a été jugée par trop faible pour être representative. la période choisie pour les mesures de bruit et de pollution. atmospherique a été remise en cause.

  • Question n°1 (les études) 29 mai 2010 12:51, par Koffi-Kuma Kokou

    Les protocoles utilisés pour les six études à Champlan sous la responsabilité de Airparif, Afsset, Cire Ile-de-France et Ademe comportent des points forts mais aussi certains points faibles :

    Les Points forts
    - Les études sont réalisées par un groupe de travail composé de structures spécialisés ont des références dans les domaines de pollutions concernées ;
    - Echange permanent entre les parties prenantes tout au long des études afin de mieux identifier les attentes des populations qui espèrent les résultats des investigations pour se décider face à la gravité ou non du signal,

    Les Points à améliorer :
    - La sous représentativité de la taille des échantillons ;
    - La durée trop courte des études ce qui ne permet pas d’aboutir à des résultats qui puissent refléter la réalité de la situation des Champlanais, Par exemple la modélisation lors de la détermination du bruits est susceptible d’entraîner plusieurs sources d’incertitudes sur les résultats obtenus,
    - L’absence de caractérisation précise des effets d’expositions groupées sur la communauté.
    - L’absence d’approche méthodologique fiable et scientifiquement valides pour mesurer l’effet cocktail des pollutions sur Champlan

    Répondre Sur l’ensemble des études, quels sont les résultats et les notions qui, selon vous, peuvent être sources d’opinions divergentes entre les populations, l’association locale, les élus, et les agences d’expertise ? Les notions qui peuvent être sources d’opinions divergentes entre les populations, l’association locale, les élus, et les agences d’expertise sont :  La contribution des avions est très faible, malgré des émissions relativement importantes à la verticale de la commune

    l’impact de l’incinérateur apparaît faible et n’a pu être identifié par les mesures.

    Dans toutes les situations urbaines, la contribution majeure de pollution atmosphérique est le trafic routier. .

  • Question n°1 (les études) 29 mai 2010 19:38, par Wague Bocar

    implication de plusieurs bureaux d’etude implication de la communaute etude des differentes sources de nuisance le budget alloué points faibles pas d’etudes epidemilogiques pas suffisament pris compte des periodes de pic suivi a long terme des habitants manque d’experience dans ce domaine

  • Question n°1 (les études) 4 juin 2010 16:59, par Ntongone Angore Praxede

    les points forts :
    - la prise en compte de tous les types de nuissance lors des differentes études
    - la mise en place d’une communication du départ des études à la fin avec les populations participation des habitants tout au long des études points faibles
    - l’inadéquation des certains outils utilisé pendant certaines études
    - la période choisie pour la réalisation des études
    - la durée assez courte des études
    - ils n’ont pas repondu à la question de départ

  • Question n°1 (les études) 8 juin 2010 00:11, par Agamaraki Adamou

    Les points Forts des protocoles d’étude :
    - Informaton sensibilisation des populations
    - Implication de toutes les parties prénantes
    - Constitution d’une équipe pluridisciplinaire
    - Les réunions de restitution
    - le dispositif de communication (lettre, site internet)
    - Recrutement de personnel pour la conduite de certaines activités
    - La prise en compte des supports existants dans le domaine concerné
    - La coordination des équipes de recherche.

    Points Faibles :
    - Faible niveau d’information des populations
    - Faible participation/implication des riverains
    - très peu d’information sur les objectifs et les rsultats possibles
    - Non prise en compte des limites des études sur tout par les populations riveraines

  • Question n°1 (les études) 11 juin 2010 22:44, par Cleto Solange

    Points forts : 1/ mise en œuvre d’études exploratoires ayant permis la mise en place de méthodologies "sur mesure" (par ex pour l’étude de l’effet des lignes THT) 2/ maillage fin des points de mesures (par ex pour l’étude de la qualité de l’air) 3/ mise en œuvre d’une étude sociologique, pou la prise en compte des inquiétudes et des représentations des champlanais

    Points faibles : 1/ significativité des résultats ? : échantillonnage, choix de la population (qui était pour la plupart volontaire) —> biais possibles 2/ reproductibilité des études menées dans un contexte particulier de multi-exposition 3/ pas de réponses sur l’effet cocktail des divers polluants mis en jeu

  • Question n°1 (les études) 12 juin 2010 22:12, par Fokou Sakam Ignace

    - Les points faibles:les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée). La taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population. La durée des études a pu être perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais. La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs. Des discussions ont eu lieu sur le temps d’intégration des mesures, les moyennes utilisées ne permettant pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).
    - Les points forts sont : la mobilisation de quatre agences(Airparif, Afsset, InVS, Ademe) ; la forte participation de la population de Champlan ; l’utilisation de méthodes scientifiques poussées pour étudier le niveau de pollution de la ville et le niveau d’exposition des habitants de Champlan.

  • Question n°1 (les études) 12 juin 2010 22:15, par Madjo Carole

    Les points faibles :
    - Les échantillons (leur représentativité, en particulier leur taille, et leur composition) et la méthode de mesure (le facteur temps et la durée) n’ont pas été jugés appropriés.Par exemple la taille des échantillons a été jugée par certain trop faible pour être représentative de la population.
    - La durée des études a été perçue comme trop courte pour aboutir à des résultats qui reflètent la réalité de la situation des Champlanais.
    - La période choisie pour les mesures de bruit et de pollution atmosphérique a été remise en cause par certains au motif qu’elles n’avaient pas été faites aux périodes à fort trafic routier, aérien (ex : départs en vacances estivales) ou aux périodes de plus fortes chaleurs.
    - Ces protocoles ont utilisé les valeurs moyennes, ce qui ne ne permet pas de rendre compte des éventuelles phénomènes de « pics » (étude bruit notamment).

    Les points forts :
    - L’étude a été menée par plusieurs agences compétentes en matière d’environnement, (Afsset, Airparif, InVs, Ademe) afin d’optimiser et de crédibiliser les résultats
    - Le participation et l’implication des villageois a été forte, ce qui pourrait montrer que les réponses lors de l’enquête sont crédibles.
    - les méthodes scientifiques les plus récentes ont été utilisées ( modélisation en trois dimensions)
    - exposition individuelle , ce qui rend les interprétations plus réelles

  • Question n°1 (les études) 14 juin 2010 03:20, par Ndiaye Seynabou

    Points forts :
    -  plusieurs études sur plusieurs nuisances ou pollutions ont étaient réalisées afin de caractériser le degrè de risque encouru par les champlanais,
    -  une cartographie de certaines nuisances ou pollutions a été établie (cartographique du risque de pollution atmosphérique, cartographie du bruit)
    -  l’enquête sociologique a démontré que l’intensité des craintes sanitaires est très peu liée aux nombres d’expositions ou de nuisances objectivement subies par les familles à Champlan Points faibles :
    -  absence d’une étude épidémiologique
    -  études menées sur une courte période pour aboutir à des résultats reflétant la réalité de la situation
    -  faiblesse de la taille des échantillons
    -  les études non pas permis d’appréhender la notion de multi exposition environnementale et ses effets ne pouvaient être mesurés
    -  absence d’une étude sur l’impact de l’incinérateur sur sa contribution dans la pollution atmosphérique

  • Question n°1 (les études) 2 janvier 2011 17:00, par Masoud Khaldoun

    Points forts : Les habitants sont coopératifs, ils sont participe aux differentes etudes finance par des institutions nationales, et puis on avait la possibilite d’une evaluation quantitative des risques. Points faibles : L’expression de gene entre la population peut-etre variable selon la sensibilite des gens, et le mode de vie de chacun qui fait varier les modes d’exposition aux facteurs de risque. Autre chose, on est devant un complexe des facteurs (un cocktail), et l’effet de ces facteurs ensemble sur la sante peut être sous-estime ou au contraire aggrave. Les études ont été faites dans un court intervalle de temps.

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 12:46, par Nikiema Pingdwinde Basile

    Ces etudes ont pu faire ressortir que les champlanais étaient bien exposés même à des dégres diferents surtout elle ont donné la perception de la population face au gêne. Ces etudes seront sans doute une interpellations pour la conduite d’autres etudes simillaires sur le territoire national d’ou éffet catalyseur pour les autres communes. Comme points faibles :
    - la taille des echantillons est à revoir
    - la durée des études pour prendre en compte les effets cumulatifs et à long terme,
    - la periode de mesures des pollutions te des nuisances
    - l’absence d’approche épidémiologique.

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 14:16, par Fogou Dongmo Robert

    L’expérience de Champlan est unique. Dans la mesure où la problématique a émergé localement, par la mobilisation d’une partie des habitant. Les protocoles d’étude souligne la complexité des facteurs concourant à l’expression de la santé, de la qualité de vie et au lien vécu entre environnement et état de santé des habitants soumis à des expositions environnementales multiples. La communication autour du programme d’études a été continue et fréquente entre les organismes et les habitants. Cependant à la notion de multi exposition environnementale, dont nous ne savons toujours pas appréhender ni mesurer les effets, viennent s’ajouter des facteurs individuels en lien avec les projets de vie et les ressources individuelles (c’est-à-dire la capacité de chaque individu à faire face) mais aussi des facteurs collectifs (qualité des liens entre les personnes).

  • Question n°1 (les études) 7 janvier 2011 15:19, par Emmanuelle Beaugrand

    Points forts :
    - bonne communication avec les habitants tout au long de l’enquête ; les habitants ont pu exprimer leurs craintes, leurs attentes, ils étaient informés des limites de l’enquête
    - participation des habitants aux enquêtes sur la qualité de l’air et l’exposition aux champs magnétiques
    - l’enquête sanitaire et environnementale a été complétée par une enquête sociologique.

    Points faible :
    - Absence de signalement sanitaire à l’origine de la demande
    - faible taille de la population concernée
    - l’enquête n’a pas pu apporter de réponse à l’attente des habitants sur l’effet cocktail des expositions.

  • Question n°1 (les études) 8 janvier 2011 21:31, par Loko Yeyinou Laura

    Le point fort des protocoles des études est l’implication de la population au sein des études, communication entre les parties prenantes et le choix méthodologique pointilleux. Tandis que les points faibles de ces études est la faible taille des échantillons qui ne permettent pas la généralisation des résultats. En plus l’évaluation de l’exposition s’est déroulée à une échelle très fine l’individu et pourtant celle-ci est la plus difficile à expliquer compte tenu de la multitude de facteurs (environnementaux et comportementaux) influençant ce type de mesure. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition. Ceux-ci sont in fine multiples, et la mise en œuvre d’un questionnaire « budget espace-temps-activités » simplifié s’est avérée infructueuse.

  • Question n°1 (les études) 10 janvier 2011 17:33, par Diene Ndeye Maimouna

    Points forts : caractère exploratoire consistant à mesurer directement l’exposition d’un échantillon de Franciliens à trois polluants atmosphériques, présents dans l’air que nous respirons quotidiennement Points faibles : Compte tenu du mode recrutement et du faible nombre de l’effectif, l’échantillon de personnes ainsi constitué n’est pas représentatif des Franciliens. Cent trente-neuf participants ont. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition été recrutés parmi les 280 inscrits. Le fait de considérer la plainte, l’expression du mécontentement ou des demandes constitue une approche orignale dans l’étude de la mobilisation Le point faible pour cette étude est que l’échantillon n’est pas représentatif. Les critères retenus ne sont pas pertinents

  • Question n°1 (les études) 13 janvier 2011 00:22, par Nguimgou Signing Bienvenu

    points forts du protocole- Mise en application de certaines directives européennes telles que LDEN et LN - Implications de plusieurs acteurs intervenants dans la recherche des facteurs de risques et des solutions appropriées, les représentants du gouvernement et de la population , de la société civile comme Airparif, afsset, InVS. Points faibles des protocoles : - Établir l’effet cocktail des expositions - Impossibilité d’une étude épidémiologique à cause de la faiblesse de la taille de l’échantillon - La durée de l’étude est longue

  • Question n°1 (les études) 16 janvier 2011 01:03, par Wague Bocar

    Points forts Association des compétences de 4 grandes agences chargees des questions d’environnement un budget consequent Prise en compte de l’ensemble des sources de pollution Echanges avec le public sur les demarches et les résultats Points faibles Echantillon faible Signal sanitaire faible Meconnaissance des effets des champs magnetiques de basses frequences sur la santé Absence de suivi à long terme des effets sur la santé par une étude epidémiologique des zones les plus polluées.

  • Question n°1 (les études) 19 janvier 2011 14:52, par Combes Benjamin

    Les points forts :
    - l’étude de différents facteurs de risque (pollution atmosphérique, bruit, ondes électro-magnétiques) mené à chaque fois par des agences expertes et l’étude des effets d’une multiexposition
    - l’intégration d’une étude sociologique qui a mis en lumière des facteurs explicatifs des inquiétudes des habitants
    - l’implication des habitants dans le processus de recherche avec un travail de communication intéressant

    Les points faibles :
    - la taille de l’échantillon sans doute trop faible pour mettre à jour des corrélations importantes
    - la durée de l’étude peut-être trop courte pour mesurer les effets à LT de cette exposition

  • Question n°1 (les études) 22 janvier 2011 21:10, par Nago Oumar

    les études ont été confiées à des organismes spécialisés dont l’expertise est bien reconnu.Mais les habitants déplorent certaines insuffisances liées à la représentativité des échantillons ainsi qu’à la durée et à la période durant laquelle ces études ont été réalisées.

  • Question n°1 (les études) 23 janvier 2011 18:44, par EHOUO

    Selon moi, les points forts et les points faibles des protocoles des études sont : Les points Forts :
    - Prise en compte de commentaires de la part des Champanais concernant les échantillons et leur composante.
    - Prise en compte de la méthode de mesures (le temps et la durée) Les points faibles :
    - Durée des études très courte
    - Non réalisation des études dans les périodes de forts trafiques routiers et aériens et aux périodes de plus fortes chaleurs
    - Non prise en compte du phénomène d’intégration des mesures car les moyennes utilisées ne peuvent pas prendre en compte des éventuels phénomènes de "pics".

  • Question n°1 (les études) 23 janvier 2011 19:14, par Adounvo Todote

    Points forts :
    - L’implication de la communauté au sein des différentes études
    - la communication entre les parties prenantes ;
    - le choix méthodologique (étude cas par cas)

    Points faibles :
    - Faible taille de l’échantillonnage
    - la durée de l’étude

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 18:30, par Wele Alhassane

    Points forts • Identifier les principales sources d’exposition et de quantifier leur impact dans le cadre d’activités quotidiennes. • ouvre la voie à une meilleure prise en compte de l’exposition dans le cadre des études épidémiologiques qui cherchent à corréler l’existence d’effets sanitaires supposés des champs magnétiques basses fréquences avec l’exposition des personnes. • Importance du dialogue mis en place entre les participants de l’étude et les scientifiques, en amont et pendant la phase de réalisation • souligner différents paramètres constitutifs de la représentation en santé environnementale

    Points faibles • Il n’a pas été possible de mener une étude épidémiologique, • La coexposition n’a pas été étudiée

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 19:30, par Scavo Linda

    les études ont été confiées à des organismes spécialisés dont l’expertise est bien reconnu.Mais les habitants déplorent certaines insuffisances liées à la représentativité des échantillons ainsi qu’à la durée et à la période durant laquelle ces études ont été réalisées

  • Question n°1 (les études) 24 janvier 2011 23:15, par Demonmerot Florent

    Etudes pollution atmosphérique : Points forts : • Modelisation des rejets en altitude au dessus de la commune permettant de comparer les émissions dûes aux avions et au trafic autoroutier • La cartographie de la pollution atmosphérique, réalisée à partir d’une densité de points de mesure sans précédent, permet de montrer des teneurs hétérogènes en fonction des secteurs • Etude individuelle de l’exposition permettant à la population de devenir actrice et etude à une echelle très fine, l’individu. • Points faibles : • Les résultats obtenus dans l’étude d’exposition individuelle ne peuvent être généralisés à l’ensemble des Champlanais. Ce type d’étude n’est pas approprié pour identifier les déterminants des niveaux d’exposition. • Les mesures n’ont duré que 6 à 8 semaines donc l’influence des saisons n’a pas été prise en compte

    Etude sur le bruit : Points forts : • Expérimentation du calcul de deux nouveaux indicateurs uniques européens le Lden (Level day evening night) et le Ln (Level night), pour quatre types de sources sonores considérées • Modélisation en trois dimensions de la commune et de son environnement immédiat • Durée des mesures sur 1 an

    Points faibles : • Pas d’étude spécifique pour comparer la gêne exprimée par la population avec les niveaux d’expositions sonores des différentes sources de bruits présentes sur le terrain • Pas d’étude de la gêne des Champlanais en situation de multiexposition • Pas d’étude de l’impact du bruit sur la santé

    Etude sur l’exposition aux champs magnétiques BF : Points forts : • Mise en place d’un laboratoire de mesure des champs magnétiques BF inédit • Mesures d’expositions individuelles aux champs • Mesures d’exposition spatiale et temporelle • Identification des principales sources d’exposition et quantification de leur impact dans le cadre d’activités quotidiennes

    Points faibles : • Etude limitée en nombre de participants

    Etudes sociologiques : Points forts : • Etude du comportement et mécanismes comportementaux des habitants par rapport au problème • Etude du lien fait par les habitants entre équipements et effets pour la santé • Mise en evidence des mécanismes de protection • Développement d’outils permettant de qualifier l’impact sur la santé de situations de multiexpositions dans un cadre sociologique • Complémentarité des sciences humaines permettant de prendre en compte la gène ressentie : intégration dans un contexte cognitif en plus du niveau objectivé par des instruments de mesure • Aucun conflit d’intérêt (financement InVS)

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 11:58, par Diop Moustapha

    Les points forts et les points faibles des protocoles des études sont :

    Points forts Restitution des études Compte-rendu de réunion publié Lettre d’information mis en place dès le lancement du programme Mise en ligne site internet

    Points faibles

    Echantillon non représentatif Durée des études courtes Pas de proposition de moyens de prévention contre les nuisances

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 14:16, par manman

    points faibles :
    - Les études sont plus concentrées sur l’environnement donc les mesures de pollution dans l’environnement et se penche peu sur les effets de la pollution sur la santé.
    - l’échantillon n’est pas représentatif

    points forts :
    - les etudes prennent en compte tous les polluants et les éventuelles nuisance de Champlan

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 14:24, par Kouassi NGuessan

    Les points forts de l’étude
    - prise en compte de l’avis des populations dans l’élaboration de l’étude
    - mesure de l’exposition individuelle

    Les points faibles

    - les mesures des nuisances sonores n’ont pas été faites pendants les moments de grands trafics routiers et aériens
    - La durée des études a pu être perçue comme trop courte
    - taille des échantillons non représentative

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 21:45, par Diarra Moustapha

    les ponts forts Bonne compréhension du sujet de l’étude Implication effectives des populatios Resultats obtenus probants les ponits faible Probleme d’échantillonnage Moment de l ’étude Certaines questions en suspens

  • Question n°1 (les études) 25 janvier 2011 23:55, par Babio Sanni

    Les points forts des protocoles des études sont :
    - La prise en compte de toutes les nuisances subies par la population
    - La concertation avec la population riveraine
    - La communication des objectifs des études aux populations
    - La participation de certains habitants à des mesures d’exposition individuelle
    - La restitution des résultats aux populations. Les points faibles des protocoles des études sont :
    - La faible de la taille des échantilons utilisés
    - La brièveté de la durée des études
    - La période de certaines études ne prend pas en compte les moments jugés pics de nuisance.

  • Question n°1 (les études) 28 janvier 2011 01:18, par Perez Marie-Elisabeth

    Points forts :

    - L’évaluation a porté sur une grande partie des nuisances, sonores, chimiques, électromagnétiques : les protocoles ont bien pris en compte la notion de multi exposition environnementale, l’objectif étant d’identifier le cumul des pollutions (effet cocktail) et son impact sanitaire.

    - Les habitants ont été bien informés, et ont pu exprimer des critiques sur le design des études.

    ************************************************************************************************************** Points faibles :

    Les protocoles n’ont pas été mis au point conjointement avec la population qui a critiqué :

    - la faible taille des échantillons,

    - la trop courte durée des études,

    - un choix inadéquat des périodes de mesures de pollution atmosphérique et sonore (à une saison de plus faible trafic) ne rendant pas compte des pics de pollution.

  • Question n°1 (les études) 30 janvier 2011 14:23, par Merad Boudia Tedjinia

    points faibles : la taille des echantillons de champlais n’est pas assez representative de la population la periode trop courte pour aboutir à des resultats qui refletent la realité de la situation ainsi que la periode dans le temps etudié ( phenoménes de pics par ex pour le bruit de part en vacances).

    points forts : une grosse partie de la population attend legitiment que ces etudes soient suivies d’actions. un prolongement des mesures pour mesurer les effets à long terme. resultats perçus comme "desangoissants"

  • Question n°1 (les études) 9 mars 2011 11:19, par Le Louarne Cecile

    Les points forts des protocoles de ces études :
    - Pendant ces études, les habitants ont pu participer aux processus d’investigation et ils ont été tenu au courant des avancées de l’enquête (informations sur les recherches ont été rendues publiques)
    - Les études qui ont été menées étaient fines et sérieuses (cartographie, sources de mesures ...)

    Les points faibles :
    - Les études ont été beaucoup trop courtes
    - La taille des échantillons était peut etre un peu trop faible

SPIP  Mise à jour : le 12 décembre 2019 | Chartes | Mentions légales | A propos